Chaque semaine Harris Interactive interroge un échantillon de plus de 2000 Français. En leur posant une question simple et tout à fait ouverte « qu’avez-vous retenu de la campagne présidentielle cette semaine ? ». Sans rien suggérer. Sans rien proposer. En laissant les personnes que nous interrogeons libres de nous dire et ce qu’elles ont entendu de la campagne présidentielle et ce qu’elles en ont retenu. Vu que l’on peut considérer qu’une élection se gagne déjà par une « hégémonie idéologique et culturelle » (pour paraphraser Gramsci), regardons la manière dont les électeurs parlent de la campagne.
Pour dégager l’essentiel de cette matière riche et spontanée, les réponses sont analysées par Proxem (https://www.proxem.com), pionnier de l’analyse sémantique de données textuelles. Chaque semaine, Proxem y détecte les personnalités et mouvements politiques, les thématiques et événements majeurs, de manière à pouvoir en mesurer la fréquence. Semaine après semaine se dégagent ainsi les grandes tendances de la campagne et les événements singuliers qui ont marqué l’actualité. »
Chaque semaine, nous délivrerons ce qui nous a marqué.

capture-decran-2017-06-03-a-09-51-29

Emmanuel Macron est, cette semaine, spontanément mentionné par 19% par les personnes interrogées. Parler de politique française revient, déjà, à parler du Président de la République. Dans ce contexte, des personnalités internationales ayant rencontré le président sont citées. Ainsi, Donald Trump et Vladimir Poutine sont mentionnés à 10% et 9% respectivement. D’autres personnalités ont marqué les Français, bien qu’éclipsées par Emmanuel Macron, comme François Hollande et Jean-Luc Mélenchon à 4%.


L’affirmation de la stature présidentielle d’Emmanuel Macron sur le plan international


Le nouveau président est davantage évoqué par les sympathisants La République En Marche à 40%. Les sympathisants du Parti Socialiste, des Républicains et de la France Insoumise le mentionnent à, respectivement, 29%, 26% et 22%. Enfin, les sympathisants du Front National le citent spontanément à 18%.

capture-decran-2017-06-03-a-09-52-30

Emmanuel Macron est principalement associé à son actualité sur la scène internationale. La rencontre avec Donald Trump, ainsi que celle avec Vladimir Poutine à Versailles ont notamment marqué les personnes interrogées. Ces dernières mentionnent spontanément ces deux rencontres à 6% et 22% respectivement. Les personnes interrogées expriment une certaine approbation vis-à-vis de l’action présidentielle. La stature présidentielle d’Emmanuel Macron, qui s’illustre dans les poignées de mains est particulièrement commentée :
« Poignée de mains [avec Vladimir Poutine]. » ; « Poignée de mains virile de Macron [avec Donald Trump]. »  (Sympathisants Les Républicains). « Le Président Macron a de la poigne, sa poignée de main serrait avec force celle de Trump. » (Sympathisants du Parti socialiste). « Ça m'a fait sourire. Macron ne s'est pas démonté. » (Sympathisants du Front National).
« Je suis épatée par cet homme, jamais je n'ai vu un président parler aussi franchement depuis De Gaulle ! » (Sympathisants La République En Marche). « Macron assure. » ; « Très bonne prestance et enfin quelqu'un qui représente la France dignement. » (Sympathisants du Parti socialiste). « Macron et ses différentes visites. Notamment avec le président américain et russe. Même s'il n'était pas mon candidat je trouve qu'il redore l'image de la fonction de président. Il a été courageux et a montré qu'il fallait compter avec la France dorénavant. » (Sympathisants de la France Insoumise)
La rencontre entre Donald Trump et Emmanuel Macron est commentée principalement par les sympathisants de La République En Marche (15%), du Parti Socialiste (12%) et de la France Insoumise (9%). Les sympathisants des Républicains et du Front National n’en parlent qu’à 7% et 4% respectivement. La rencontre avec Donal Trump, et les poignées de mains, sont perçues comme des illustrations d’un rapport de force, dans lequel Emmanuel Macron s’est affirmé :
« Enfin retour d'un président digne de ce nom. M. Macron dont le programme ne me séduit pas à eu un comportement exemplaire cela fait du bien. Idem pour la réception de M. Poutine. » (Sympathisants Les Républicains). « Trump a l'habitude d'attirer violemment vers lui les personnes à qui il serre la main (ce type est hélas complètement débile). Et cela a raté avec M. Macron, puisque celui-ci a résisté puis a refusé de lui lâcher la main. Alors, Donald, c'est qui le patron ? Bravo M. Macron, j'ai bien ri. » (Sympathisants de la France Insoumise). « Macron essaie de faire voir qui est le plus fort. Une guerre d'égo. »  (Sympathisants Les Républicains ayant voté pour Marine Le Pen au 2nd tour)
La visite de Vladimir Poutine est plus évoquée par les sympathisants d’Emmanuel Macron (45%) que, logiquement, par ceux des Républicains et du Parti Socialiste (32%). 25% des sympathisants de la France Insoumise en parlent et 18% de ceux du Front National. Les personnes interrogées perçoivent une affirmation des idées, des valeurs de la France par Emmanuel Macron et se déclarent satisfaites :
« M. Macron a enfin dit ce qu'on devait exprimer depuis longtemps. » ; « M. Macron a bien fait ses débuts dans son rôle de Président. » ; « Macron a été déterminé et n'a laissé aucun choix à Poutine, il a donc "mené la danse ". » (Sympathisants Les Républicains). « Macron a su donner à la France une position plus confortable à Poutine sans pour autant nous dédire de notre opposition envers certaines postures. » ; « Emmanuel Macron a évoqué tous les sujets et aussi ceux qui fâchent. » ; « Macron avec sérieux, pondération et franchise a tenu un discours de vérité face à Poutine qui semblait un peu désarçonné par l'aplomb de notre président. Un grand bravo bon début de présidence. » ; « Me donne confiance en M. Macron, il semble extrêmement ferme sur ses positions et cela me convient. » (Sympathisants La République En Marche). « J'aime les arguments que Macron a eu avec ses valeurs pour parler de la France mais j'ai des doutes que Poutine soit de son côté. » ; « Contente que Macron s'impose malgré leurs divergences. » (Sympathisants du Parti socialiste). « Le président Macron à la hauteur de l'évènement. » (Sympathisants FN). « Fière d'avoir un vrai président » (Sympathisants de la France Insoumise)
La scène internationale semble « réconcilier » les sympathisants des Républicains avec Emmanuel Macron dont ils jugent l’attitude présidentielle. Cependant, une division s’observe toujours avec l’aile la plus à droite ayant accordé ses suffrages à Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Les sympathisants des Républicains ayant voté pour Marine Le Pen le 7 mai sont ainsi les principaux émetteurs des quelques critiques émises :
 « Beaucoup d'esbrouffe pour le moment à l’Elysée rien de concret si ce n'est les relations internationales ; Macron pour le moment ne fait que du commercial, il attend sa majorité à l'assemblée pour dévoiler réellement son programme. » ; « Cette fois il reçoit Poutine à Versailles. D'après les médias Poutine a été bluffé par sa jeunesse et son savoir-faire. Il n'a pas trop de mal il n'invente rien puisque Giscard l'a fait avant lui. C'est ça son savoir-faire lui qui ne connait rien en politique. »


L’affaire Richard Ferrand


Sur le plan national, l’actualité est concentrée par l’affaire de Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des Territoires. Les sympathisants des Républicains, suivi de ceux de La République En Marche l’évoquent à respectivement 19% et 18%. 10% des sympathisants de la France Insoumise citent le ministre, 9% au Parti Socialiste. Les sympathisants du Front National ne le mentionnent spontanément que marginalement. La tonalité des verbatim est principalement négative. Les sympathisants de La République En Marche ne se prononcent pas plus en faveur :
« Il devrait quitter le gouvernement. » ; « Navrant. » ; « Ils ont tous des affaires et apparemment ses affaires vont en s’aggravant. Bizarre que Macron le garde c'est à mon avis personnel. C’est le 1er qui l’a aidé à lancer En Marche. » (Sympathisants La République En Marche)
Les sympathisants des Républicains font un parallèle avec l’affaire de François Fillon, percevant une injustice de traitement des deux affaires :
« Une justice qui n'envisage pas d'y voir plus clair, des médias assez discrets, on ne peut pas ne pas comparer avec la folle escalade qu'a connue l'affaire Fillon. Je crois que nous avons une justice politisée. C’est très préoccupant. »
« Même s'il y a présomption d'innocence, il n'est pas normal que la justice ne se saisisse pas de cette affaire. Pourquoi un acharnement médiatico-judiciaire sur Fillon et pas sur Ferrand. Est-il intouchable du fait qu'il fasse parti du gouvernement de Macron. » ; « Très beau gouvernement qui, à peine élu, a déjà des casseroles (Ferrand, ainsi que Bayrou) mais comme par hasard la justice n'est pas compétente pour régler cette affaire quand il a fallu démolir Fillon là par contre tout a été mis en œuvre immédiatement. Il y a 2 poids 2 mesures au sein de la justice. C'est quand même bizarre. » (Sympathisants Les Républicains ayant voté pour Marine Le Pen au 2nd tour)
Les sympathisants du Parti Socialiste et de la France Insoumise se prononcent également très négativement et expriment une lassitude des affaires :
 « Honteux, aucune morale, Macron pire que ceux qu'il dénonçait pendant la campagne présidentielle. » ; « En voilà un qui va plomber son gouvernement ! il a profité des informations qu'il avait pour permettre à sa compagne de réaliser la bonne affaire ! C'est le délit d'ingérence tout simplement, il devrait démissionner ! » ; « Marre de toutes ces affaires. » ; « Ça continue. »  (Sympathisants du Parti socialiste).
« Démission, M. Ferrand ! Si M. Macron est en accord avec ses déclarations d'avant élection, il se doit d'intervenir, même si la présomption d'innocence ne doit pas être oubliée. » ; « Scandaleux ! » ; « Désespérant. » ; « Une affaire de plus, sans doute pas la dernière. » (Sympathisants de la France Insoumise)